Mandolines

On retrouve les premières données sur la mandoline dans les notes d’Antonio Stradivari (Crémone 1644-1737) ; dans l’œuvre de Tomaso Motta Armonica Capricciosa di Suonate Musicali (Milan 1681), qui parle des mandolines à quatre, cinque et six cordes ; dans les injonctions des Papes Innocent XI (1676-89) et Innocent XII (1691-1700), la mandoline était utilisée dans les églises avec les timbales, cors, trompettes, hautbois, flûtes douces, piccolos, psaltérions modernes. L’italien Carlo Sodi donna un concert pour mandoline à Londres en 1713 et Handel utilisa l’instrument dans l’œuvre Alexander Balus en 1743.

En français et en allemand, le nom mandoline est féminin étant entendu comme une forme diminuée pour mandore (instrument allemand en vogue entre 1600 et 1700). En italien mandolino suit le dessein viola-violino (alto-violon) / mandola-mandolino (mandole-mandoline). Entre les 17ème et 18ème siècle, différents types de mandolines étaient utilisées, on les distingue principalement selon leur accordage et le nombre des cordes jouées avec un plectre ou les doigts.

MANDOLINE À 5 ET 6 CHOEURS AVEC CHEVALET FIXE

Très diffusée en Italie de la fin du 17ème à la fin du 18ème, cette mandoline pouvait avoir 5 ou 6 chœurs : sol2 si2 mi3 la3 re4 sol4. Ses caractéristiques principales étaient la forme du chevillier en volute et la rosace qui était entaillée directement dans la table d’harmonie ou appliquée à la bouche après avoir été transformée à part en diverses strates de bois et parchemin. Les frettes, de 7 à 12, étaient faites en boyau. La forme de la table d’harmonie et de la caisse était très variable. L’absence de plaque protectrice (pickguard) pourrait indiquée l’utilisation des doigts plutôt que d’un plectre pour pincer les cordes. D’ailleurs des représentations nous montrent aussi l’instrument joué avec les doigts. Toutefois l’unique méthode du 18ème siècle pour mandoline à 6 chœurs qui nous est parvenue, de Giovanni Fouchetti (1770), recommande l’utilisation du plectre en écorce de cerisier pour les instruments à cordes en boyau. Par ailleurs, on peut également observer que l’écorce de cerisier n’abime pas la table d’harmonie, ce qui pourrait aussi expliquer l’absence de plaque protectrice.

La musique la plus ancienne pour mandoline que nous connaissons remonte à la fin du 17ème siècle. Il s’agit d’une composition pour mandoline et basse continue. Quatre compositions manuscrites se trouvent à la bibliothèque du Congrès de Washington. Nous connaissons également un bon nombre de duos. Les auteurs les plus célèbres sont Sammartini et Antonio Vivaldi. La production de l’école viennoise, à cheval entre le 18ème et le 19ème, est très précieuse, en particulier les œuvres de Johann Hoffmann.

14877239_10209341842375509_198228159_n
Une femme jouant une mandoline à 6 choeurs.

 

LA MANDOLINE À 4 CHOEURS

La mandoline à 4 chœurs s’affirme dans la deuxième moitié du 18ème siècle en Italie et se diffuse rapidement dans toute l’Europe. Ses caractéristiques sont : la table d’harmonie « pliée », une caisse profonde et bombée, il n’y a pas de rosace, une constante présence d’une plaque protectrice (pickguard), ses cordes sont mixtes : une partie en boyau une autre en métal (laiton), un accordage en quinte identique au violon. Les luthiers qui ont commencé en premier la production de cette mandoline étaient de Rome et de Naples ; les napolitains ont également rejoint Paris pour donner des concerts avec ce nouvel instrument et pour l’enseigner, particulièrement à la noblesse.

La mode de la mandoline se diffusa dans les milieux aristocratiques et cultivés, en témoignent par exemple les dédicaces des anciennes méthodes publiées ainsi que de la qualité des compositions qui nous sont parvenues.

L’histoire de la mandoline est mieux connue en France bien que tous les principaux compositeurs et interprètes étaient italiens et plus particulièrement parthénopéens. Il semblerait évident que la mandoline rencontrait plus de succès en dehors de l’Italie, mais en Europe à cette époque, les musiciens les plus prisés étaient les italiens, il en était de même pour les mandolinistes.La mandoline à 4 chœurs fut prise en considération par un nombre important de compositeurs de grande renomée desquels : G. Paisiello et W. A. Mozart. Par ailleurs, nous trouvons de nombreuses sonates avec basse, duos avec basse et des concerts pour mandolines et archets.

Le fait que la mandoline a quatre chœurs offrait une approche technique plus simple et immédiate par rapport au violon, un son plus délicat, une capacité à la virtuosité ainsi qu’une certaine curiosité, en fit un instrument également très apprécié des amateurs de musique noble et bourgeoise.S’y dédièrent des hommes et des femmes, l’appel exotique et érotique, allié au goût pour la nouveauté et la recherche jouèrent un rôle dans la diffusion de la mandoline dans les milieux français élevés.

Les décorations en ivoire, nacre, or, argent et écaille de tortue, de grand goût, plectre en étui d’argent frappé, témoignent de la richesse d’un objet de luxe. Les instruments plus sobres et avec des attentions plus particulières à leur construction révèlent en général des exigences plus professionnelles.